Skip to content. | Skip to navigation

 
Navigation
Infos pratiques
 
Newsletter
Votre adresse e-mail



Anciennes Newsletters
 
Personal tools
Document Actions

Liernu

Industries et commerces


Les grandes fermes d'autrefois qui ont conservé jusqu'aujourd'hui leurs bâtiments des 18e et 19e S. (ferme de la Natoye, ancien siège de la seigneurie; ferme de la Cour, siège de la Cour foncière Sainte-Gertrude; ferme de la Rigauderie; ferme du Moulin, fin 18e S.; ferme du Vert-Bois, début 19e S.) témoignent de la vocation et de la tradition agricoles de la localité. Les chiffres des recensements le confirment : 138 exploitations agricoles en 1846 (280 personnes), 168 en 1895 (336 personnes), 122 en 1929 (244 personnes), 139 en 1950 (157 personnes) et 126 exploitations en 1959.
Avec Boneffe, Liernu est le village de l'entité où l'activité industrielle est la plus réduite.
On y trouvait jadis des métiers liés à l'agriculture (bergers, bourreliers, charrons, forgerons, ... ) ainsi qu'au bâtiment (maçons, plafonneurs, ardoisiers, ... ) des sablières, une siroperie et une blanchisserie. Le chanvre était séparé de son écorce, tissé à Warisoulx et blanchi à Liernu.
Près de la ferme de la Cour, il existait autrefois une fontaine portant le nom du saint Jean, dont les eaux étaient renommées pour les maux de tête.

Histoire


Au Moyen-Age, le comte de Namur possédait à Liernu tous les droits seigneuriaux et toute la justice, ainsi qu'un moulin, une brasserie, trois viviers d'une cinquantaine de bonniers et quelques cens (1289).
En 1399, le comte Guillaume Il abolit la mortemain et la formorture ainsi que la banalité du moulin de Renise pour les habitants de Liernu et d'Aische-en-Refail.
Aux 16e et 17e siècles, la Seigneurie de Liernu appartient successivement aux de Pottel, puis aux Berlo de Brus; elle est vendue le 22/09/1688 à Sigismond de Cracempach, grand mayeur de Namur; ses héritiers la revendront, à la fin du 18ème S., à Jean-Baptiste Hanolet.
Il y avait encore d'autres fiefs à Liernu : le manoir de la Rigauderie, cité en 1340, tenu par Jean d'Assèche, puis vendu en 1399 à un échevin de Namur, appartenait, en 1533, à Antoine de la Rigauderie; il fut saisi à la fin du 17ème S. par les créanciers et passa, au 18e S., aux Ponty (1763). Enfin, la Cour Sainte-Gertrude, ou château Sainte-Gertrude, ancienne vicomté, siège d'une Cour foncière citée dès le 15èe S. appartenait au milieu du 17e siècle aux Looz-Corswarem; elle fut relevée en 1702, sous le nom de fief de Liernu.

Liernu comptait donc deux Cours de Justice. La Haute Cour, citée dans un transport de 1290, était composée d'un mayeur et de six échevins nommés par le seigneur. En 1662, le mayeur du Feix nomme Jean Wespin à la fois comme mayeur de Liernu et de Meux. En 1764, deux échevins de la Cour de Liernu sont choisis parmi les avocats de la ville de Namur de façon à remplacer les avis demandés en rencharge aux "jurispéristes" des Cours namuroises. Au même moment, le seigneur installe à Liernu un pilori portant ses armes.
A partir de 1784, un des deux échevins "jurispérites" est avocat fiscal pour les causes criminelles. La Cour Sainte-Gertrude est une Cour foncière composée d'un mayeur et de quatre masuirs. Derrière la ferme se trouve un enclos, sorte de terre franche servant d'asile aux criminels.

Aux 16e, 17e et 18e siècles, la localité eut à souffrir des passages de troupes, des réquisitions et excès commis par les soldats (1598, 1649: fermiers pris en otages par les Hollandais; de 1689 à 1694: excès commis par les troupes de Louis XIV, 1794-1795 : réquisitions des troupes républicaines).

L'église


L'église St Jean-Baptiste de Liernu est fort ancienne; un curé est cité en 1277. La dîme appartient au chapitre St-Lambert de Liège à qui incombent les réparations.
Elle fut rebâtie au 18ème S. car elle était devenue trop petite pour accueillir tous les paroissiens; elle avait d'ailleurs déjà été plusieurs fois réparée (en 1715, 1743, 1771).
Après avoir été saccagée par les Français à la fin du 17e S., Liernu, qui était à l'origine une paroisse du diocèse de Liège, passa au diocèse de Namur en 1561.

Les fermes


La ferme du Moulin

Le long de l'autoroute E411, à l'extérieur du village, se situe la jolie ferme du Moulin. Elle doit son nom à un moulin qui se trouvait jadis à proximité mais qui est aujourd'hui disparu.
Construite à la fin du 18e S., la ferme est aujourd'hui propriété de Carl Dujardin et est en voie de classement. Son ensemble harmonieux a déjà fait l'objet de plusieurs études et reportages. Elle possède notamment une cheminée remarquable en marbre noir.

La ferme de la Rigauderie

Sise rue de la Blanchisserie, la ferme de la Rigauderie date de la période espagnole. Elle appartenait en 1553 à Antoine de la Rigauderie et passa aux Ponty en 1763. Le baron Ernest Mélot la vendit en 1968 à Fernand Ippersiel, propriétaire actuel.

La ferme de la Cour

La ferme de la Cour, ou château Sainte-Gertrude, était le siège d'une Cour foncière et est située à proximité du chêne millénaire. C'est la plus grosse exploitation de Liernu. Elle appartient jusqu'en 1792 à la famille Corswarem et est aujourd'hui la propriété de Jean-Luc Dewez qui y développe un élevage avicole parallèlement à une activité agricole classique. La ferme possède une grange classée 1675.

La ferme de la Natoye

Au centre du village, se trouve la ferme de la Natoye, cense dont la partie inférieure est classée et qui est déjà citée en 1600. Elle possède deux corps de logis se faisant face, qui sont eux, beaucoup plus récents. Elle était la propriété de Paul Denis dont la famille fut naguère, très influente à Liernu. Une de ses filles, Marie-Louise, épousa en 1925, Charles Nobels. Ceux-ci eurent quatre enfants dont Madeleine, mariée à Guillaume Streel, ancien bourgmestre de Liernu.
Ce n'est plus une exploitation agricole aujourd'hui. Les terres sont louées à la firme Nicolays et transformées en pépinières pour la reproduction d'arbres fruitiers et d'arbustes.

Le Gros Chêne

C'est à Liernu que l'on peut admirer le plus gros chêne de Belgique et sans doute, le plus vieux. Il se trouve derrière l'église près du mur du cimetière. Il a une circonférence de 14,24 m au sol, 10,82 m à 1 m de hauteur, une couronne de 20 m de diamètre et une hauteur totale de 19 m. Il serait âgé d'environ 1000 ans. En savoir plus avec le site de la Confrérie du Gros Chêne.
« December 2018 »
Su Mo Tu We Th Fr Sa
1
2 3 4 5 678
9101112131415
161718 1920 21 22
23 242526272829
3031
 

Ce site a été développé dans le cadre du projet CommunesPlone.org Contact - Plan du Site - Avertissement