Skip to content. | Skip to navigation

 
Navigation
Infos pratiques
 
Newsletter
Votre adresse e-mail



Anciennes Newsletters
 
Personal tools
Document Actions

Upigny

Inndustries et commerces


Deux fermes anciennes la ferme St-Michel, ou ferme de la Tour, ancien siège de la seigneurie, et la ferme du Try, ont conservé des bâtiments des 17e et 18e Siècles.
La superficie occupée par l'agriculture n'a guère varié de 1845 à 1859 (314 à 308 ha). On dénombrait en 184 exploitations agricoles occupant 50 personnes; en 1895, 55 avec 81 personnes; en 1929, 49 avec 102 personnes; en 1950, 52 avec 61 personnes et en 1959, 47 exploitations.
Au début du 20e siècle, on recensait à Upigny : 5 auberges et estaminets, 2 barbiers, 4 couturières, 2 épiceries, 14 fermiers et cultivateurs, 7 menuisiers-charpentiers, 1 sellier-bourrelier et 2 tailleurs.

Histoire


Étymologie

En l'an 800, Upigny était appelé Hulpiciacum.

Histoire

Des fouilles ont permis de découvrir l'emplacement d'une villa romaine aux abords de la Route de la Bruyère ainsi que des pierres, briques et carrelage émaillé au pré "Hambenne" situé à proximité de l'église.
Un autre établissement romain certainement entouré d'une forêt, devait se trouver dans la terre dite "Spèleu" car celle-ci est marquée de taches noires résultant de feux (faudes) qui donnaient le charbon de bois dans les siècles passés. De nombreuses poteries romaines furent découvertes à cet endroit.

Upigny, ancienne dépendance de Dhuy, fut érigée en village par la loi du 31/10/1837. En 1289, le comte de Namur possède à Upigny, la taille, les droits de mortemain et formorture, commands et corvées, ost et chevauchée. La justice y est tenue en fief par un vicomte.
Au 14e S. le fief comprend une maison et propriété avec tour, vivier, jardin, 3 bonniers et demi-terre, une taverne, 27 hommages et une Cour de mayeur et échevins, mais pas la haute justice.
Ce fief, dit "fief de la tour", passe aux Donglebert (1440), aux de Vaulx (fin 15e S.), puis à la famille de Whelen. Il est cédé en 1620 à Jean Gerlays qui en deviendra seigneur haut-justicier. Anobli par Philippe IV en 1623, Jean Gerlays sera, en 1628, président du Conseil Provincial de Namur.
Son fils Jean, vicomte d'Upigny, eut 12 enfants dont plusieurs lui succédèrent à tour de rôle jusqu'en 1710. Tous étant morts sans descendance, la seigneurie fut cédée à un cousin, Jean-Charles de Gerlays, seigneur de Corbion (Luxembourg), qui fut créé vicomte puis devint membre de l'Etat noble aux Etats de Namur.

La paroisse


L'église St-Pierre dont la construction actuelle remonte au 18e S., était le siège d'une paroisse de l'évêché de Liège. Elle fut attribuée au diocèse de Namur en 1561.
Un mémorial en calcaire bleu du seigneur Wibert de Veyne (mort en 1575) et de son épouse, Antoinette de Marbais, est scellé dans le pavement de la nef droite.

Les fermes


A l'entrée d'Upigny, se situe la ferme Pailhe datant des 17e et 18e S. Elle fut achetée à la famille Petit par M. et Mme Goedseels en 1979. La maison contient un grand four à pain.
Après la maison Pailhe, se dresse la grande ferme carrée du Try appartenant à Michel Petit et siège de la société Upignac, réputée pour son foie gras.
En continuant vers l'église, on passe devant la ferme St-Michel ou de la Tour, reconstruite en 1749 et dont le corps de logis, bien restauré, est occupé par Jacques Petit. Le vaste quadrilatère contenait autrefois un bétail nombreux; transformé en salle de réception, il porte aujourd'hui le nom de "Clos St-Michel".
Un peu plus loin, après l'église, est localisée la ferme Bodart, du nom des anciens locataires. Le corps de logis est situé en face : une maison de maître, propriété de Xavier Petit, datant de 1815. Une chapelle mesurant ± 4 m de haut est intégrée dans le mur d'enceinte et renferme une statue de la Vierge.
« September 2018 »
Su Mo Tu We Th Fr Sa
1
2 34567 8
9 1011121314 15
16 1718 1920 2122
23 2425 262728 29
30
 

Ce site a été développé dans le cadre du projet CommunesPlone.org Contact - Plan du Site - Avertissement