Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Illustration de l'actualité - cliquer pour agrandir

La CIPAN, une culture qui ressource

Vous êtes ici : Accueil / Votre commune / Services communaux / Environnement/Energ. / Agriculture / La CIPAN, une culture qui ressource
La céréale semée au printemps vient d’être récoltée et vous apercevez déjà de nouvelles pousses sur la terre agricole. Il s’agit d’une CIPAN : une culture intermédiaire piège à nitrate.

La céréale semée au printemps vient d’être récoltée et vous apercevez déjà de nouvelles pousses sur la terre agricole. Pourtant, ces nouvelles plantes ne ressemblent pas à une culture traditionnelle... Il s’agit d’une CIPAN : une culture intermédiaire piège à nitrate.

La Culture Intermédiaire Piège à Nitrate, ou CIPAN de son petit nom, est implantée entre deux cultures principales. À la fin de l’été, les agriculteurs sèment cette culture de transition pour préserver la qualité de notre ressource en eau. Le nitrate, utilisé comme engrais, est un élément indispensable à la croissance de la plante. Seulement, s’il est présent en trop grande quantité dans le sol, il constitue un risque de contamination de l’eau souterraine. Il pourrait s’infiltrer dans le sol et ainsi rejoindre les nappes phréatiques. Implanter une CIPAN durant l’automne permet d’éviter cette perte de nitrate dans le sol. La plante va puiser le surplus d’engrais, pour se développer. Elle est ensuite détruite en hiver ou au début du printemps. Lors de sa décomposition, elle restitue une partie du nitrate au sol, qui est alors à nouveau riche en éléments nutritifs. La prochaine culture, semée au printemps, pourra en bénéficier. Cela permet également à l’agriculteur de diminuer son apport d’engrais, puisqu’il est déjà présent. Grâce à la CIPAN, la ressource en eau est protégée et le sol est prêt à accueillir la prochaine culture.

A quoi ressemble une CIPAN ?

Elle peut être composée d’une seule espèce ou bien d’un mélange de différentes plantes. Parmi les plus connues, vous pourrez reconnaître la moutarde, le nyger ou encore le tournesol. Tous arborent un beau jaune. La phacélie se différencie par sa couleur mauve. Et puis, l’avoine ou le trèfle sont aussi souvent utilisés. En fonction de ses besoins, l’agriculteur va opter pour une espèce plutôt qu’une autre.

De nombreux autres avantages

Si la CIPAN est utile pour garder le nitrate dans le sol entre deux cultures, elle comporte aussi bien d’autres qualités.
Mélange de tournesols, phacélie et radis.

  • Les racines des plantes améliorent la structure du sol. Une bonne structure de sol offre une meilleure circulation de l’eau et des nutriments, ce qui est tout bénéfique pour le bon développement des cultures.
  • Elle diminue l’érosion. Le sol est couvert à l’automne, ce qui aide à lutter contre le ruissellement des eaux de pluie.
  • Elle diminue la présence des mauvaises herbes. Comme la surface du sol est occupée par la culture intermédiaire, il y a moins de place pour les intrus.
  • La culture peut être utilisée en fourrage. Certaines plantes peuvent servir de nourriture aux animaux. En plus d’être bon pour l’environnement, cela peut aussi être un rendement pratique pour l’agriculteur.
  • La diversité des plantes est bénéfique à la biodiversité. La CIPAN peut constituer un refuge pour la faune environnante.

Un texte de Protect'eau

Actions sur le document